A la Une

Volkswagen teste au Rwanda son premier projet mondial de service VTC.

Il y a un an, le constructeur automobile allemand a misé sur le petit pays enclavé du Rwanda dans le but d’avancer sa stratégie d’expansion sur le continent africain. À présent, Volkswagen y teste aussi son premier projet mondial de service VTC.

Depuis des décennies, Volkswagen a assemblé des véhicules en Afrique du Sud, puis au Nigeria et au Kenya. L’intérêt du groupe allemand pour l’Afrique a été renouvelé par la demande récente de véhicules neufs, imputable à l’émergence de la classe moyenne, ainsi qu’à la concurrence d’autres groupes automobiles tels que Nissan, Toyota et Peugeot, qui augmentent leur production africaine.

Au Rwanda, Volkswagen avait donc effectué un investissement de 20 millions d’euros en janvier 2018, dans le but de manufacturer 5.000 véhicules par an, et créant par la même occasion plus d’un millier d’emplois.

Les véhicules assemblés (les modèles Passat et Polo, ainsi que les véhicules utilitaires Teramont) sont destinés au marché domestique. Cette opération a été lancée conjointement avec plusieurs services de partage de véhicule, avec la start-up rwandaise de programmation Awesomity Lab, dans les secteurs de l’autopartage, du covoiturage, et du VTC.

De cette collaboration est né Volkswagen Mobility Solutions Rwanda, détenu à 100% par Volkswagen Group South Africa.

Le groupe a lancé à Kigali en mars son premier service de VTC destiné au grand public, une première mondiale pour Volkswagen.

Ce contenu a été restreint aux utilisateurs connectés uniquement. Veuillez vous identifier pour voir ce contenu.

Télécharger l’article dans son intégralité.

Emile Glass

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *