Souss Massa/Agriculture : le Plan Maroc vert porte ses fruits

Le Plan Agricole Régional (PAR) représente la concrétisation propre à chaque région du Plan Marocvert (PMV), en termes de projets, d’investissement, d’emploi, d’export… 109 projets ont ainsi été  retenus dans la région Souss Massa (SM), pour un coût global de 8,8 milliards de dirhams à l’horizon 2020. 106 projets ont été mis en œuvre dont 64 relèvent du pilier II et 42 du pilier I, pour un coût d’investissement  global de 7,94 milliards de dirhams au profit de 104.500 bénéficiaires, nous indique-t-on à l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA) SM.

Les projets pilier I portent sur l’agrégation dans les filières de production des agrumes, des primeurs, du lait et des viandes rouges bovines. Tandis que l’agriculture solidaire concerne les filières de l’olivier (13 projets), amandier (8 projets), apiculture (9 projets). En plus de l’arganier, palmier dattier, safran et viandes rouges caprines.

Quant à eux,les produits de terroir bénéficient d’un intérêt particulier dans le cadre du PAR à travers la réalisation de plusieurs programmes, notamment au niveau de la labellisation. A ce propos, plusieurs signes distinctifs d’origine et de qualité ont été octroyés aux productions d’argane, dattes, amandes, henné,miel, safran… : Indication géographique protégée (IGP), Appellation d’origine protégée (AOP).Dans le cadre du développement des filières de productions, des contrats-programmes entre l’Etat et les organisations interprofessionnelles ont été conclus. Ils visent les projets d’agréation et la commercialisation des productions aussi bien au niveau local qu’à l’étranger. Toujours en relation avec l’export, des efforts ont été déployés pour la réhabilitation et la modernisation des stations de conditionnement, avec l’adoption de systèmes de gestion et amélioration de la qualité des productions ainsi que les conditions de transport et systèmes de commercialisation. L’optique étant de répondre aux exigences du consommateur et de diversifier les marchés.

Pour accompagner les projets retenus dans les filières de productions végétales et animales, plusieurs actions et projets transverses ont été lancés. Ils concernent la modernisation du secteur de la petite et moyenne hydraulique(PMH) au niveau des zones de montagne et des périmètres traditionnels pour l’accroissement de la productivité des produits de terroirs ; l’économie de l’eau d’irrigation dans le cadre du programme national dédié, à travers l’équipement des exploitations agricoles en matériel d’irrigation localisée.Actuellement, la superficie équipée en irrigation localisée s’élève à 101.000 Ha. Il faut rappeler que le PMV a été mis en place il y a quelques années par le Ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement durable et des eaux et forêts. Objectif, insuffler au secteur agricole une nouvelle  dynamique d’évolution équilibrée afin de valoriser au mieux les potentialités, de faire face aux nouveaux enjeux tout en préservant les équilibres sociaux et économiques. Et aussi,d’accompagner la profonde mutation que connaît le système agro-alimentaire mondial. Dans le détail, le PMV est une stratégie articulée autour d’une approche globale. Elle repose sur deux piliers majeurs : l’agriculture moderne et solidaire.  L’optique, concernant la première, est de développer une agriculture performante, adaptée aux règles du marché, grâce à une nouvelle vague d’investissements privés, organisés autour de nouveaux modèles d’agrégation équitables. Quant à l’agriculture solidaire, l’optique est de développer une approche orientée vers la lutte contre la pauvreté, en augmentant de manière significative le revenu agricole des exploitants les plus fragiles, notamment dans les zones périphériques.

Le PMV s’articule de même sur l’équilibre entre l’utilisation de l’eau d’irrigation et les ressources hydriques renouvelables.

Dessalement de l’eau de mer

Afin de faire face aux contraintes liées aux ressources limitées en eau et aux nappes phréatiques déficitaires dans le Souss Massa, de nouvelles ressources hydriques seront mobilisées. Et ce, à travers le mégaprojet, fruit d’un partenariat public-privé, pour le dessalement de l’eau de mer pour les besoins de l’irrigation et l’approvisionnement en eau potable. Sa capacité à terme est de 400.000 m3/jour. D’une enveloppe budgétaire de 3,8 milliards de DH, la future station sera établie à Chtouka dont la nappe enregistre un déficit hydrique de 60 millions de m3. La livraison est prévue à fin 2020.

Afin de faire face aux contraintes liées aux ressources limitées en eau et aux nappes phréatiques déficitaires dans le Souss Massa, de nouvelles ressources hydriques seront mobilisées. Et ce, à travers le mégaprojet, fruit d’un partenariat public-privé, pour le dessalement de l’eau de mer pour les besoins de l’irrigation et l’approvisionnement en eau potable. Sa capacité à terme est de 400.000 m3/jour. D’une enveloppe budgétaire de 3,8 milliards de DH, la future station sera établie à Chtouka dont la nappe enregistre un déficit hydrique de 60 millions de m3. La livraison est prévue à fin 2020.

PMV, les autres avantages

Le PMV vise également l’amélioration de la valorisation des productions agricoles grâce à l’installation de l’Agropole du Souss Massa, une zone à vocation agro-industrielle étalée sur 75 ha ventilée en 215 lots. Le modèle d’affectation du foncier est la vente et le promoteur est la Société Haliopolis SA. La construction de l’unité de production des mâles stériles pour la lutte contre la cératite et la mise en œuvre du programme de lutte contre la disparité dans le monde rurale qui porte sur le désenclavement et les services de base (scolarisation, santé, électrification et approvisionnent en eau potable) , sont les autres projets de grande envergure dans le Souss Massa.

Enfin, pour encourager l’investissement privé dans le secteur agricole, des aides financières sont octroyées par l’Etat dans le cadre du fond de développement agricole.

Le Souss Massa, une région à vocation agricole
Doté de filières de production prometteuses et diversifiées, le secteur agricole dans la région Souss Massa(SM) offre de belles opportunités pour les investissements nationaux et étrangers. Selon les données statistiques de l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA), ce secteur représente au niveau national, 85% des exportations des primeurs, 65% des exportations des agrumes,15% de la production laitière et 86% de la production de l’arganier. Il représente environ 9% du PIB  agricole national et engendre 33 millions journées de travail (ou jour homme) par an au niveau des vergers (ce chiffre englobe les tâches manuelles ou agricoles réalisées par les travailleurs, permanents et saisonniers confondus).

Fatiha Nakhli

Afficher plus

Voir Aussi

Fermer