A la Une

Salon des entrepreneurs : L’Afrique en première ligne.

Le salon des entrepreneurs à Paris a été lancé mercredi, et l’investissement français en Afrique est en première ligne.

Cet événement, pour sa 26e édition et qui dure deux jours, est l’occasion pour les 65.000 visiteurs attendus de rencontrer des dirigeants d’entreprise pour échanger sur des projets d’investissement et de développement, y compris à l’international.

Dans ce dernier cas, figure notamment l’établissement public Business France, qui a pour mission, entre autres, d’aider des petites et moyennes entreprises à se développer à l’international.

“C’est l’essence même de notre métier“, affirme Bertrand de La Forest Divonne, responsable desk Afrique de Business France.

Ce cadre dirigeant de 56 ans, qui a travaillé dans le bureau de Business France à Lagos, au Nigeria, de 2015 à 2018, souligne l’importance que prend l’Afrique dans la sphère économique et politique, en évoquant le passage récent du président Emmanuel Macron à Ouagadougou.

La force du réseau Team France Export, c’est qu’on travaille avec nos bureaux sur place comme en Éthiopie. C’est vraiment notre relais là-bas. Ce sont des Éthiopiens qui sont sur place, bien établis. Ils savent échanger avec les autorités,” précise, pour sa part, Jean-Michel Repellin, chef de projet aéronautique et spatial chez Business France, évoquant l’exemple d’échanges en Éthiopie dans l’aéronautique où des PME y trouvent leur place sur le marché local.

Pour Bertrand de La Forest Divonne, le choix d’investissement dépend de la zone géographique. Une zone francophone peut être intéressante pour des entreprises solides, tandis que le Maghreb serait plus abordable pour des PME.

Mais, il souligne qu’exporter en-dehors des pays d’Afrique francophone peut être source de “bonnes surprises“. “On n’est pas toujours attendu mais on est toujours les bienvenus“, précise-t-il, indiquant que la qualité des produits français est appréciée sur le continent africain.

Cela étant, la frilosité semble être de rigueur au sujet de tenter d’exporter ses produits en Afrique, en raison de diverses difficultés pouvant être rencontrées : sécurité, administration, recherche de réseau local, prospection.

Pour Bertrand de La Forest Divonne, cela nécessite un long travail de ses collègues de Business France pour convaincre des chefs d’entreprise à s’exporter en Afrique, puis à ceux qui sautent le pas de se préparer longuement et de ne pas négliger les multiples allers-retours à faire.

La présence physique en Afrique, elle est essentielle” affirme-t-il.

Jonathan Baudoin.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *