A la Une

Partenariats Public-Privé : le Togo met le turbo.

Routes, terminaux à conteneurs, centrales électriques, hôpitaux. Au Togo, il n’y a plus aucun secteur où les Partenariats Public-Privé (PPP) ne se soient frayés un chemin.

Et le petit pays de l’Afrique de l’Ouest veut capitaliser sur ses expériences pour dérouler son plan national de développement (PND) 2018-2022.

D’un coût global de 4 622,2 milliards FCFA (7 milliards d’euros), le plan fait la part belle au secteur privé : 65% des investissements.

« Le PND sera financé à 65% par le secteur privé étranger ou local. Soit près de 3.000 milliards de francs CFA (4,6 milliards d’euros). Toutes les opportunités pour échanger avec les investisseurs seront donc saisies dès lors qu’elles seront bénéfiques», confie Kanka-Malik Natchaba, coordonnateur de la Cellule d’évaluation et de suivi des projets prioritaires.

Le Togo mise sur les PPP suite au succès du Lomé Container Terminal avec la construction d’un nouveau terminal dans le port de la capitale qui deviendra le plus important de la sous-région, porté par une hausse de 283% de son trafic de conteneurs en cinq ans.

La stratégie nationale d’électrification, qui ambitionne d’atteindre l’accès universel à l’horizon 2030, comparé à 45% actuellement, nécessitera plus de 1.000 milliards FCFA (1,5 milliards d’euros) d’investissements. La moitié est attendue du secteur privé. Pour atteindre son objectif, le pays envisage de développer plus de 300 mini-centrales solaires en PPP.

En attendant le lancement de ce vaste projet, la société britannique BBOXX a démarré le déploiement de ses systèmes solaires individuels smart dans le cadre d’un projet sous initiative du Président Faure Gnassingbé.

La société a trouvé un accord avec les autorités togolaises en juin 2017, pour équiper plus de 300.000 ménages, soit environ 2 millions de Togolais, d’ici 2022.

Par ailleurs, afin de répondre aux besoins croissants en énergie du pays, Lomé a annoncé une seconde centrale électrique de 65 MW. La première, de 100 MW, construite via un PPP par l’Américain Contour Global, a été livrée en 2010.

Le projet de construction de la nouvelle centrale Kékéli Efficient Power, actée en octobre 2018, réunit trois partenaires : le groupe Eranove qui concevra et exploitera l’infrastructure pendant 30 ans, le groupe TSK pour la construction et Siemens qui livrera les turbines et assurera la maintenance de la centrale. Au total, elle coûtera 64 milliards FCFA (97,6 millions euros).

Fiacre Kakpo.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *