A la Une

Mali : Près de 85 millions d’euros d’accords signés entre Bamako et Paris.

En visite officielle au Mali, une forte délégation française conduite par son premier ministre Edouard Philippe a signé plusieurs accords de développement, estimés à près 55,7 milliards de FCFA (85 millions d’euros).

J’ai voulu donner à mon déplacement une très forte connotation économique parce que c’est là que se joue notre sécurité demain“, a déclaré samedi Edouard Philippe, après la signature de plusieurs accords de coopération les états maliens et français à Bamako.

Durant la visite, les premiers ministres français et malien ont mis en service une usine de pompage et de traitement d’eau potable, sur les rives du fleuve Niger, près de Bamako. Une station dont la France et l’Union européenne ont participé à l’installation, à hauteur de 137 milliards de FCFA (209 millions d’euros) et qui devrait à termes bénéficier à près de 2 millions de personnes.

“Investir dans l’économie du Mali, c’est du concret et c’est même indispensable”, a soutenu le premier ministre français, précisant que la France est intéressée par le domaine des grandes infrastructures, l’énergie, le numérique, l’agriculture, surtout le coton bio.

Edouard Philippe a fait savoir qu’ “investir dans le coton au Mali, c’est intelligent et c’est aussi faire en sorte que le développement industriel, à partir du coton ai lieu au Mali et pas forcément ailleurs” sur le continent.

Avec plus de 200.000 producteurs répartis sur l’ensemble du territoire, le Mali s’est classé premier en Afrique en produisant 750.000 tonnes pour la campagne 2018-2019, contre 730.000 tonnes en 2017-2018.

“Le chef de l’état malien et son premier ministre m’ont dit que seulement 2% du coton malien subit une transformation sur place“, a regretté Edouard Philippe, assurant de l’investissement de la France dans ce domaine.

Le premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maiga a réagi en affirmant que la France est “un partenaire de premier rang, dont l’engagement (au Mali) n’a jamais faibli“.

Nous souhaitons qu’au-delà de nos urgences auxquelles nous faisons face de manière quotidienne, comme la résolution des crises, que nous engageons sur des chantiers de durée, dans le cadre de partenariats stratégiques autour d’un rôle plus accrus des entreprises et des entrepreneurs de part et d’autre de manière à soutenir les créations de richesse“, a-t-il dit.

Edouard Philippe a annoncé que l’Agence française de développement devrait doubler ses interventions dans les années à venir, pour les faire passer à 52,4 milliards de FCFA (80 millions d’euros) par an.

Ange Tiemoko.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *