A la Une

Le Togo mise sur le tourisme d’affaires.

Au Togo, faute d’avoir une politique de tourisme claire, et dans l’attente d’un fameux plan de développement du tourisme annoncé par le gouvernement, c’est le tourisme d’affaires qui maintient le secteur à flot.

Selon le dernier baromètre mondial émis par l’Organisation Mondiale du Tourisme, un rapport qui a eu un écho retentissant en septembre dans la capitale Lomé, le tourisme semble avoir un bel avenir au Togo. Une embellie portée par le tourisme d’affaires.

Avec une augmentation de 46,7% du nombre des arrivées de touristes internationaux en 2017, le pays de la côte ouest africaine se hisse au deuxième rang des locomotives de croissance en Afrique, derrière un des mastodontes du continent, l’Egypte (+55,1%).

Une grande surprise confirmée par le ministre du tourisme, qui évoquera 556.764 touristes pour 44,7 milliards FCFA (68 millions d’euros) de recettes en 2017 contre 425.669 touristes pour 38 milliards FCFA (58 millions d’euros) de recettes un an plus tôt.

Selon le ministre, cette performance est le fruit de l’organisation de grandes rencontres internationales, qui ont boosté le tourisme d’affaires et de congrès.

En 2018, le Togo a accueilli le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le sommet entérinant le début des négociations entre les pays d’Afrique-Caraïbes-Pacifique et l’Union Européenne (ACP-UE), les rencontres du Mutaa (Marché Unique du Transport Aérien Africain), les 45 ans de la Boad (Banque ouest-africaine de développement), entre autres.

En 2018, il n’y a pas eu une semaine qui n’ait vu des délégations sous-régionales, continentales et même mondiales, défiler dans Lomé. Bien que les chiffres de 2018 ne soient pas encore disponibles, les premières projections annoncent un nouveau record.

Les voyages d’affaires, promis à une augmentation annuelle de deux points de pourcentage d’ici 2027, devraient rapporter 140,8 milliards FCFA (215 millions d’euros) au PIB dans 10 ans, selon l’OMT.

Le segment des voyages de luxe devrait à lui seul progresser de 3,3% par an pour atteindre 109,9 milliards de FCFA (168 millions d’euros) en 2027.

Alors que la contribution de l’industrie touristique au PIB reste assez faible, en dessous de 3%, l’ambition des autorités togolaises est d’augmenter sa part à 6,2% en 2022.

La dynamique devrait contribuer à créer au moins 10.000 emplois directs à l’horizon 2022 alors que l’OMT annonce que le tourisme togolais pourrait générer 86.000 emplois à l’horizon 2027, dont 38.000 directs.

Fiacre Kakpo

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Fermer