A la Une

Le Franc CFA : Sa mort attendue depuis sa création ?

Cette fin symbolique devait s’inscrire dans un renouvellement de la relation entre la France et l’Afrique” déclarait hier Sibeth Ndiaye, porte parole du Gouvernement français. Le Franc CFA a déclenché les passions en France et en Afrique car il reste lié, au moins au niveau symbolique, à la politique coloniale française qui prévalait avant les années 60. L’Eco remplacera le Franc CFA dans 8 pays de l’Afrique de l’Ouest : Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Cette nouvelle monnaie fait déjà l’objet de nombreuses critiques et pourtant ses défenseurs soulignent une réforme monétaire régionale importante : Elle met fin à l’obligation de dépôt de la moitié des réserves de change de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest auprès de Trésor public français.

L’Institution qui ne sera plus cogérée avec la France devra prendre de lourde décision dans un contexte de crise économique causée par la pandémie du COVID-19. De nombreux Etats ont déjà sollicité la suppression de leur dette et des soutiens financiers face aux recettes de plus en plus faibles. Le tourisme est l’un des secteurs les plus touchés avec les mesures de confinement et la fermeture des frontières décidées par les autorités africaines.

La parité fixe de l’Eco avec l’euro est un principe qui a résisté à la “mort” du franc CFA. Les 8 Etats africains de cette nouvelle union monétaire devront peut-être convaincre les autres voisins africains comme le Nigéria pour concurrencer les autres monnaies et pour maîtriser l’évolution de sa valeur.

Matthieu Remonnay, fondateur chez Afrique Business Info

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *