A la Une

Guinée : Après le diagnostic, des solutions proposées pour réanimer l’industrie du tourisme délaissé.

L’instabilité politique, l’insécurité, l’absence de sites touristiques aménagés et la cherté des vols vers la Guinée sont les maux auxquels le pays doit s’adresser pour se transformer en destination touristique attrayante. 

Telles sont quelques-unes des conclusions sorties de la 3ème conférence internationale sur le tourisme tenue à Conakry le 27 février sous le thème ”Tourisme en Guinée: Un levier de développement inexploité.

Quand il n’y a pas de stabilité politique dans un pays, il est difficile d’attirer les touristes. Donc, ce sont les préalables fondamentaux qu’il faut régler en amont pour que nous ayons plus de touristes en Guinée“, a affirmé Moustapha Naïté, ministre des travaux publiques.

Optimiste, le ministre du Tourisme, Thierno Ousmane Diallo, s’est félicité de la floraison des hôtels tant à Conakry qu’en provinces. Reconnaissant que la destination Guinée reste chère, M. Diallo clame que malgré les nombreux problèmes auxquels est confronté le tourisme à travers le monde, ”heureusement en Guinée, c’est calme. Parce qu’il n’y a pas encore des problèmes de terrorisme et nous avons des infrastructures”.

Investissant dans la construction d’un hôtel à Conakry, Mossadeck Bally, PDG de la chaine hôtelière panafricaine Azalai Hôtel, soutient que la Guinée a d’énormes atouts. Il déplore le fait que tout l’espoir du pays soit reposé sur les ressources minières alors qu’il y a des secteurs importants, comme le tourisme.

Le tourisme mondial fait 1,3 milliards de visiteurs par an. Toute l’Afrique n’a attiré que 70 millions en 2017, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme. La France, à elle seule, attire chaque année 80 millions de visiteurs” dit-il. ”C’est une industrie transversale qui fait travailler toutes les autres industries et dont la matière première provient du pays. Notamment les agences de voyage, les aéroports, les compagnies aériennes, le commerce, l’hôtellerie.’

Mamadou Aliou Diallo.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *