A la Une

Eco Light, la start-up qui veut faire briller le solaire en Côte d’Ivoire.

A 29 ans, Charles Emmanuel Fofana ne rêve que d’une chose, faire briller le solaire dans son pays, la Côte d’Ivoire, et en Afrique de l’Ouest. Sa start-up, Eco Light, lancée en janvier, entend faire profiter de l’énergie solaire surtout aux gens les plus pauvres actuellement privés d’électricité.

Afrique Business Info: Comment est née Eco Light?

Charles Emmanuel Fofana : Eco Light a officiellement vu le jour en janvier 2019. J’ai été associé sénior dans une entreprise solaire ivoirienne que j’ai quittée, après des divergences de vue. Ma motivation première quand je suis venue dans le solaire, ce n’était pas de faire du profit, mais de venir en aide aux populations défavorisées, qui ne peuvent pas se procurer d’un compteur électrique. Aller vers les populations villageoises, leur apporter tout l’équipement solaire nécessaire afin qu’elles puissent bénéficier des mêmes avantages et conditions de vie que les citadins. De nombreuses localités du pays ne sont pas encore électrifiées et ne devraient pas l’être avant des décennies.

Les équipements proposés par Eco Light répondent-ils aux besoins des Ivoiriens?

Avoir une alimentation électrique pour pouvoir s’éclairer, conserver la nourriture, bénéficier d’un climatiseur, ce sont là quelques-uns des besoins essentiels des Ivoiriens auxquels nos panneaux répondent largement. Et le tout sans avoir la contrainte d’une facture exorbitante.

Charles Emmanuel Fofana, fondateur d’Eco Light.

Que faut-il comme équipements pour alimenter une maison?

Le solaire, c’est du prêt-à-porter et du sur-mesure dans la mesure où il faut une expertise technique préalable pour évaluer la puissance de chacun des appareils de la maison.

Ce contenu a été restreint aux utilisateurs connectés uniquement. Veuillez vous identifier pour voir ce contenu.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Fermer