A la Une

Burkina Faso: Un safari pas comme les autres.

C’est le seul camp safari du Burkina Faso. Il se trouve dans une région d’une rare beauté, mais où des groupes terroristes ont déjà frappé.  Cela ne décourage pas son fondateur.

Sidiki Drissa Sérémé a obtenu l’autorisation de créer Safari Sourou, au nord-ouest du Burkina, en 2007 dans le cadre d’efforts du gouvernement d’encourager les initiatives touristiques public-privé. Son contrat a été renouvelé en décembre pour 20 ans.

Le complexe Safari du Sourou comprend hôtel, cases, bungalows, restaurant et  un campement  pour la chasse de lièvres, pintades, francolins, outardes et poules de roche. Il est situé dans une zone isolée de 350.000 hectares de brousse arbustive, traversée par la Volta Noire.

Il a environ 20.000 visiteurs par an, pour la plupart venant d’Europe, les Etatus-Unis et l’Afrique du Sud.  Les visites ont baissé en 2018: il y a eu un attentat  terroriste dans la capitale Ouagadougou en mars visant l”Abassade de France. Huit soldats et huit terroristes sont morts. En décembre six terroristes ont été abattus par la police lors d’une attaque dans l’est.

  « La menace terroriste est une affaire internationale. Il n’y a pas que le Burkina qui est attaqué en Afrique » dit-il.  « Devrons-nous nous arrêter de vivre parce que des forces de mal nous menacent ?    

Il y a eu une attaque à environ 300 km du campement de chasse, affirmed-t-il, mais il se fie à la protection des autorités locales: La brigade territoriale de gendarmerie de Dédougou à 15km assure la sécurité durant la campagne de chasse entre décembre et avril.

Ousmane Drabo.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *