A la Une

Bénin : La crise post-électorale pourrait bousculer le calendrier des chantiers économiques.

Lancés en 2017 par l’homme d’affaires et chef de l’État béninois Patrice Talon, les grands chantiers censés relancer l’économie du pays à partir de 2021 pourraient être retardés par la crise post-électorale liée aux législatives contestées de fin avril.

Estimés à 2,8 milliards d’euros, les huit chantiers du Bénin qui devraient rendre plus compétitifs le secteur des transports aérien, maritime et terrestre ainsi que les services logistiques du pays, font partie d’un ensemble de 45 projets phares du gouvernement.

Ces travaux impliquent la construction d’un nouvel aéroport international, la modernisation et l’extension du port de Cotonou, la construction d’une autoroute, ainsi que l’extension du réseau routier béninois sur 1.362 kilomètres.

Financées à 77,4 % par des investissements privés, le délai butoir de 2021 prévu pour la livraison de ces infrastructures pourrait ne pas être respecté, après deux semaines de législatives contestées lors desquelles aucun parti d’opposition n’a pu participer.

L’homme d’affaire Patrice Talon, qui a des entreprises engagées dans la réalisation de ces grands chantiers, ne voudra pas se risquer à poursuivre les travaux dans un pays en crise”, a soutenu l’économiste et analyste politique béninois Gilles Yabi. ”M. Talon gagnerait d’abord à stabiliser le pays. Un processus qui va sembler prendre un peu de temps, vue qu’il s’est mis toute l’opposition à dos’’.

Avec une population de 11 millions d’habitants et une économie basée en partie sur les récoltes cotonnières, le Bénin aura une croissance estimée à 6,3% de son PIB en 2019 selon la Banque africaine de développement, qui prévoit 6,8% en 2020.

La BAD a soutenu que cette croissance sera tirée par la stratégie de promotion de plusieurs sous-secteurs agricoles comme le maïs, le riz, le coton, les noix de cajou, le manioc et l’ananas. Quant au tourisme, il est encore incertain si le secteur sera impacté par l’enlèvement de deux touristes français début mai dans le nord du pays.

Ange Tiemoko

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi

Fermer